L’alcool et le sport font-ils bon ménage ?

Les personnes qui s’entraînent régulièrement ont tendance à faire attention à leur ligne. Mais cela ne signifie pas forcément qu’elles ne peuvent pas s’accorder de temps en temps une bière avec des collègues après le travail ou un verre de vin entre amis le soir. Les boissons alcoolisées ont la réputation de nuire aux performances sportives et à la ligne. Mais qu’en est-il vraiment ?

1. L’alcool est très calorique

L’alcool est une grande source de calories bien souvent sous-estimée : 1 g d’alcool contient 7 kcal. En comparaison, les glucides et les protéines en fournissent 4 kcal par g et les graisses 9 kcal par g. Une grande bière (0,5 l) contient déjà 200 kcal et un cocktail comme la Piña Colada plus de 400 kcal ! Environ une heure de course à pied est nécessaire pour brûler toutes ces calories supplémentaires.

Et comme si ça ne suffisait pas : les personnes qui boivent de l’alcool ont aussi tendance à manger des aliments plus gras et plus riches en calories (pensez à l’apéritif et ses cacahuètes, saucissons etc.). Le foie est alors effet occupé à métaboliser l’alcool ingéré (à l’aide de l’enzyme alcool déshydrogénase) et les calories supplémentaires sont stockées directement dans les cellules graisseuses. Le résultat ? Une prise de poids.

2. L’alcool ralentit la régénération

Une petite bière après l’entraînement pour vous récompenser de l’effort fourni ? Ce n’est pas une bonne idée ! L’alcool ralentit en effet le ravitaillement des réserves de glycogène (glucides), ce qui va nuire au processus de récupération après un effort intensif.

3. L’alcool déshydrate le corps

Les boissons alcoolisées stimulent l’élimination d’eau par les reins. Lors de ces pertes urinaires, nous perdons également de précieux sels minéraux ce qui va nuire à l’équilibre minéral du corps et augmenter les risques de crampes musculaires.

Règle d’or : lors d’une soirée arrosée, pensez à boire un verre d’eau avec chaque verre d’alcool.
Cette tenue vous plaît ? Trouvez votre bonheur ici !

4. L’alcool perturbe le sommeil

Une consommation élevée d’alcool  perturbe la qualité du sommeil en limitant les phases de sommeil profond, ce qui va encore une fois nuire au processus de régénération après l’entraînement.

5. L’alcool affaiblit le système immunitaire

Vous êtes souvent malade ? Cela peut être lié à une consommation régulière d’alcool qui va affaiblir votre système immunitaire. L’alcool peut aussi faire augmenter la production de cortisol, connue sous le nom d’hormone du stress. À l’opposé de la testostérone, cette dernière favorise la perte musculaire et le stockage des graisses.

Dans le même temps, l’alcool entrave la production des hormones de croissance, particulièrement importantes pour la régénération après l’entraînement, le brûlage des graisses et le développement des muscles.

Tous ces facteurs contribuent donc à une baisse des performances sportives. Alors pourquoi ne pas vous rabattre sur la bière sans alcool ? Cette boisson riche en électrolytes est idéale après un entraînement intensif. La plupart des bières sans alcool sont isotoniques, ce qui va aider à maintenir l’hydratation de l’organisme et faciliter l’absorption d’eau pendant la pratique sportive.

Conclusion : l’alcool est à consommer avec modération : 10 g d’alcool pour les femmes (⅛ l de vin) et 20 g pour les hommes (¼ l de vin, 0,3 l de bière) par jour.

***

NOTEZ CET ARTICLE

Julia Denner

Julia est diététicienne et passionnée de cuisine. Elle est persuadée qu’une alimentation variée et équilibrée ainsi qu’un entraînement régulier sont les clés de la réussite. Consultez tous les articles de Julia Denner »