Le running augmente t-il le taux de testostérone ?

Un runner en action

Comment augmenter naturellement son taux de testostérone ? Voici la question à laquelle nous allons répondre et qui intéresse nombre de nos lecteurs et lectrices ! On pense bien souvent que soulever des poids et faire de la musculation est le seul moyen d’augmenter le taux de testostérone. À tort ! La course à pied augmente également le taux de testostérone ! Continuez à lire cet article pour découvrir ce qu’est la testostérone et le rôle qu’elle joue sur les performances sportives.

Qu’est-ce que la testostérone ?

La testostérone est surtout connue comme étant l’hormone sexuelle masculine. Cependant, tout le monde possède une certaine quantité de testostérone. Le sexe détermine principalement la quantité produite par le corps humain. Les hommes produisent de la testostérone dans les testicules, tandis que les femmes en produisent une quantité moindre dans les ovaires. Il est important de garder cela à l’esprit car des physiologies différentes bénéficieront de différentes activités augmentant la testostérone.

La testostérone est l’hormone responsable de la stimulation de la croissance des poils faciaux et pubiens, de la voix basse et de la prise de muscle. Chez les femmes, un excès de testostérone peut entraîner une calvitie.

Recherche sur la testostérone : pourquoi est-ce un stéroïde populaire ?

Afin d’en comprendre les effets, considérons une étude publiée dans le New England Journal of Medicine et menée par un groupe de chercheurs sous la direction de Shalender Bhasin, M.D :

43 sportifs amateurs avec de l’expérience dans le lever de poids ont été examinés. On leur a demandé d’effectuer un programme standard de musculation.

Une fois par semaine, un groupe a reçu une certaine dose de testostérone. Après seulement dix jours d’entraînement, une augmentation de la masse maigre (eau, organes, muscles) d’à peu près 6 kg a été constatée chez ce groupe. Les poids maximum soulevés en développé couché avaient augmenté de 22 % et même de 38 % avec la presse à cuisses par rapport à leurs résultats de départ.

Dans le groupe placebo, la masse maigre n’a augmenté que de 1,9 kg et les poids maximum soulevés en développé couché de 11 % et de 21 % avec la presse à cuisses.

Un autre groupe a également reçu de la testostérone mais sans avoir à effectuer le programme d’entraînement. La masse maigre a tout de même augmenté de 3,2 kg et les poids les plus lourds soulevés étaient à peu près les mêmes que ceux du groupe qui avait effectué le programme de musculation sans testostérone.

Le dopage à la testostérone occasionne en général une prise de masse musculaire massive. Il est aussi très fréquent dans les sports d’endurance car la testostérone a pour effet d’accélérer le processus de régénération du corps. Mais le dopage s’accompagne de risques majeurs…

7 effets secondaires de l’abus de testostérone et d’autres stéroïdes

  1. Infertilité
  2. Dégénérescence testiculaire
  3. Chute de cheveux
  4. Développement important de l’acné
  5. Risque élevé de crise cardiaque
  6. Troubles cardio-vasculaires graves
  7. Agressivité

Et la liste ne s’arrête pas là….Heureusement, il existe des moyens naturels pour augmenter son taux de testostérone :

Le running augmente le taux de testostérone naturellement

Si vous pensez que seules des performances herculéennes peuvent influer sur votre taux de testostérone, vous vous trompez. Bien au contraire : un entraînement d’endurance à intensité moyenne s’avère idéal pour booster la production de cette précieuse hormone. Une augmentation significative du niveau de testostérone a également été constatée lors d’entraînements par intervalles courts et intenses.

Les jambes d'un runner

La testostérone est importante pour le maintien de la masse osseuse chez les hommes. Les œstrogènes jouent un rôle similaire chez les femmes. Pour les coureurs, la masse osseuse est essentielle pour éviter les blessures. La course pratiquée de manière intensive, comme l’entraînement pour un marathon rapide ou un ultramarathon, peut entraîner des fractures de stress. Les fractures de stress sont plus susceptibles de se produire si la masse osseuse est faible, symptôme d’un faible taux de testostérone.

La testostérone contribue également à augmenter le nombre de globules rouges. Un taux élevé de globules rouges est l’un des principaux déterminants des performances d’endurance. Un nombre plus élevé de globules rouges signifie essentiellement que votre cœur peut pomper plus d’oxygène vers les muscles. Évidemment, c’est important pour les performances en course à pied ! C’est une autre raison pour laquelle les athlètes d’endurance utilisent la testostérone comme agent dopant – cela leur donne un énorme avantage compétitif (mais tenez compte des risques ci-dessus) !

En revanche, l’effet inverse peut se produire dans le cas de coureurs qui s’entraînent pour un ultra-marathon et qui doivent donc parcourir des distances extrêmes. Une baisse du niveau de testostérone a en effet été constatée lors d’entraînements d’endurance extrêmement intenses effectués sur le long terme. C’est pourquoi les athlètes d’endurance qui doivent faire face à une grosse charge d’entraînement doivent régulièrement faire contrôler leur niveau de testostérone.

En fait, un faible taux de testostérone peut être un signe de surentraînement. Pourquoi cela ? Parce que la testostérone est responsable de la reproduction. Lorsqu’il est en état de surentraînement, le corps ne privilégie pas la fonction de reproduction (il diminue la production de testostérone). Si le corps n’est même pas capable de prendre soin de lui-même (surentraînement), il ne peut raisonnablement pas espérer se reproduire avec succès ; la production de testostérone diminue donc. Ce phénomène peut également être observé chez les athlètes féminines souffrant d’un état connu sous le nom d’aménorrhée, où le corps suspend le cycle menstruel (qui fait également partie de la reproduction humaine). 

Une autre raison pour laquelle les coureurs et les athlètes d’endurance peuvent souffrir d’un faible taux de testostérone est que le corps libère l’hormone du stress, le cortisol, lors d’un entraînement d’endurance difficile. Le cortisol est catabolique, ce qui signifie qu’il réduit la masse musculaire maigre et régule à la hausse l’utilisation des substrats (c’est-à-dire que le corps décompose les protéines, les glucides et les graisses plus efficacement au détriment de la construction musculaire). Prenons l’exemple suivant :

À l’époque préhistorique, une particularité des humains était leur capacité à poursuivre leur gibier jusqu’à épuisement. Imaginez que vous suivez un mammouth pendant une très longue période de temps – il est si gros que la seule façon de l’abattre est d’attendre qu’il soit trop fatigué pour se défendre. 

De quelle capacité l’être humain a-t-il besoin ? Un corps lourd et musclé qui a besoin de beaucoup de calories pour se déplacer ? Ou un corps plus effilé qui a besoin de moins d’énergie pour se déplacer et qui utilise son énergie plus efficacement ? D’un point de vue de la survie, l’être humain plus léger aura plus de chance.

Les bodybuilders gagnent rarement un marathon.

La musculation booste également votre taux de testostérone

Des séances de musculation courtes et intensives vont également permettre à votre corps d’augmenter sa production de testostérone. Un entraînement pour l’ensemble du corps, au cours duquel de grands groupes de muscles travaillent en même temps est idéal pour cela.

La musculation développe les muscles non pas uniquement du fait de la charge imposée aux muscles, mais du fait que les corps (principalement des hommes) répondent à cette demande en produisant plus de testostérone. L’entraînement musculaire envoie un stimulus au corps pour lui dire qu’il doit recruter plus de muscles pour soulever ou pousser un objet lourd (comme faire un squat ou tirer une carcasse de mammouth à l’époque préhistorique). Le corps répond en libérant une hormone qui indique aux muscles de se développer pour répondre à la demande (et idéalement la dépasser pour la prochaine fois). C’est ce qui se passe au niveau moléculaire à l’intérieur du corps.

Les squats libèrent des tonnes de testostérone ! Essayez ces variations de squats pour augmenter votre taux de testostérone dès aujourd’hui !

Le sommeil : booste le taux de testostérone

Le stress produit du cortisol et interrompt la production de certaines hormones comme la testostérone. Alors détendez-vous ! Et quel est le meilleur moyen pour déstresser ? Dormir bien evidemment ! Une bonne nuit de sommeil permettra à votre corps de se régénérer et fera baisser votre niveau de stress.

La vitamine D : booste le taux de testostérone

De nouvelles études ont montré qu’il existe un lien entre les variations saisonnières de vitamine D et le niveau de testostérone. On a en effet constaté qu’un supplément de vitamine D pouvait booster la production de testostérone dans les cellules des testicules. Ceci est dû au fait que les glandes sécrétant cette hormone sont dotées de récepteur de vitamine D !

Suppléments en vitamine D

Consultez les meilleurs aliments pour les coureurs pour obtenir d’autres conseils nutritionnels liés à la course.

Conclusion

Il existe donc des moyens naturels d’augmenter le niveau de testostérone. Un entraînement régulier fait partie des méthodes les plus efficaces pour profiter des effets bénéfiques de cette hormone de la virilité, comme de meilleures performances sportives mais aussi sous la couette. Une étude menée par la Harvard School of Public Health aux États-Unis sur 30 000 sujets a constaté que les hommes qui s’entraînaient régulièrement avaient 30 % de chance en moins de souffrir d’impuissance que ceux qui ne pratiquent aucun sport.

Téléchargez adidas Training et entraînez-vous régulièrement pour booster votre testostérone !

adidas Training banner

***

NOTEZ CET ARTICLE

Herwig Natmessnig Herwig est un ancien champion en canoë-kayak slalom, passionné de fitness et de santé. Que ce soit pour une compétition ou juste pour le plaisir, il est toujours partant pour un nouveau challenge ! Consultez tous les articles de Herwig Natmessnig »