Courir en hiver : 3 conseils pour bien respirer par temps froids

Sportsman running over the bridge during his cardio routine on a winter day. He is wearing green jacket and blue cap.

En hiver, dès que les températures tombent en dessous de zéro, beaucoup de runners se demandent si le froid glacial ne risque pas de nuire à leur santé. Mais soyez rassurés : si vous êtes en bonne santé et que vous ne souffrez d’aucun problème pulmonaire, vous pouvez continuer à vous entraîner à l’extérieur jusqu’à -10ºC.

A man is running outside in winter

Un équipement au top pour de meilleurs résultats.

Comment bien respirer dans le froid

En règle générale, la bonne technique de respiration est la même en été et en hiver : veillez à respirer profondément par le ventre (respiration abdominale) et par le nez et la bouche, mais principalement par la bouche. Si vous avez du mal à respirer lorsque l’air est glacé mais que vous tenez absolument à continuer à vous entraîner à l’extérieur, voici quelques conseils qui vont rendre votre entraînement plus agréable :

1. Utilisez un foulard ou un bandeau

L’air froid a tendance à irriter les bronches, les poumons et les muqueuses. Cela peut alors provoquer de la toux, une bronchite et dans certains cas, de l’asthme. Pour vous protéger, couvrez votre bouche et votre nez avec un cache-cou, un foulard ou un bandana afin de réchauffer l’air avant qu’il n’arrive dans vos poumons.

2. Respirez par le nez et expirez par la bouche

Un autre moyen de réchauffer l’air est d’inspirer par le nez. L’avantage de cette méthode est que l’air doit parcourir une plus longue distance avant d’atteindre vos poumons. Les voies nasales et votre trachée vont alors le réchauffer, mais aussi le filtrer et l’humidifier. Mais le point négatif : en respirant par le nez, vous ne pourrez pas absorber autant d’oxygène que par la bouche. Plus l’intensité de votre entraînement va augmenter, et plus vous allez vous rendre compte qu’une respiration nasale ne vous permet pas de fournir suffisamment d’oxygène à votre corps, ce qui peut par la suite vous couper le souffle ou occasionner un point de côté.

Jeune femme sous la neige

3. Évitez les entraînements à haute intensité

En principe, vous devriez évitez les sessions intenses comme les exercices fractionnés ou les tempo runs. L’effort considérable que requiert un tel type d’entraînement risque d’irriter vos voies respiratoires et vous aurez alors plus de difficultés à respirer. Il est donc plus conseillé de s’en tenir à des sessions de course longues à un rythme facile.

Avec le bon équipement, il est possible de protéger son corps contre des températures pouvant aller jusqu’à – 20ºC. Mais ces conditions sibériennes sont très contraignantes pour les voies respiratoires et nous vous conseillons donc d’opter dans ce cas pour un entraînement à l’intérieur (tapis de course par exemple).

***

NOTEZ CET ARTICLE

Herwig Natmessnig En tant qu’ancien athlète professionnel (rafting), Herwig n’aspire qu’au fitness et à la santé. Que ce soit pour une compétition ou juste pour le plaisir, il est toujours partant pour un challenge. Consultez tous les articles de Herwig Natmessnig »

Leave a Reply