Courir en hiver : comment rester motivé quand il fait froid ?

Ein Mann läuft im Winter im Wald

Chaque hiver c’est la même chose ! Vous rentrez du travail, il fait déjà nuit. Et le lendemain matin, vous vous levez et il fait encore noir dehors. Rien d’étonnant à ce que de nombreux coureurs aient du mal à garder leur motivation durant la mauvaise saison.

Les conseils que vous trouverez dans cet article vont vous aider à garder le plaisir de courir malgré l’obscurité et le froid. Alors, regardons le bon côté de la course à pied en hiver et restons motivé !

Un homme court en hiver

Le froid

L’une des choses les plus désagréables avec la course à pied en hiver, c’est de sentir le froid se glisser sous vos vêtements et vous glacer les os. Sans parler des doigts et des orteils qui s’engourdissent, suivi de cette sensation douloureuse lorsque le sang recommence à circuler. Vous vous demandez certainement pourquoi vous vous infligez cela. Ce serait tellement plus simple de retourner au chaud. Mais, passé les premières minutes, qui sont les plus difficiles, vous continuez à courir et vous commencez à vous détendre et à apprécier la course.

La meilleure solution pour continuer à courir en hiver, c’est de superposer 2 à 3 couches de vêtements, en fonction de la température. C’est la technique de “ l’oignon ”. Pensez à utiliser des textiles respirant qui évacuent la transpiration. Habillez-vous de manière suffisante pour ne pas avoir froid lorsque les températures chutent en dessous de 10° C. Une fois passé les premières minutes difficiles, votre corps se réchauffe petit à petit et vous vous sentez mieux. Rappelez-vous que lorsque la température est basse, votre corps envoie moins de sang vers les extrémités, ce qui fait que vos mains et vos pieds se refroidissent très rapidement. Donc, pensez à porter des gants et des chaussettes épaisses. Il vaut mieux avoir un peu trop chaud plutôt que de risquer d’avoir les doigts et les orteils engourdis par le froid.

Le saviez-vous ?

La majeure partie de la chaleur corporelle se perd par la tête, alors assurez-vous de porter un bonnet ou au moins un bandeau de course pour garder vos oreilles au chaud. Un cache-cou ou une écharpe adaptée au running est également recommandé.

Une femme court dans un parc en hiver

Si vous avez trop chaud, vous pouvez enlever une des couches de protection pendant la course, afin de réguler votre température. Avant de partir, s’il y a du vent, pensez à emporter un coupe-vent et aussi à adapter les différentes couches de vêtements en conséquence.

Après le froid, intéressons-nous au deuxième grand problème du jogging en hiver :

L’obscurité

Courir autour d’un lac sous un soleil radieux et un ciel bleu demande beaucoup moins de motivation que courir dans l’obscurité et le froid glacial. Cependant, de nombreux coureurs n’ont pas le choix et leurs itinéraires – souvent sans aucun lampadaire – les obligent à s’entraîner dans l’obscurité en hiver.

Soyez visible !

Il est indispensable que vous restiez visible pour les voitures, surtout dans les endroits sans éclairage publique. Pensez à vous équiper de bandes réfléchissantes. De nombreux magasins spécialisés dans la course à pied proposent des vêtements avec des bandes intégrées, mais aussi des rubans, des sangles ou même des gilets à porter par dessus votre tenue de sport, qui réfléchissent la lumière et rendent votre course plus sûre.

La lampe frontale est aussi une option pour les aventuriers du running qui aiment explorer de nouvelles routes mal éclairées. Ces lampes sont devenues courantes maintenant et se trouvent facilement dans le commerce. Alors plus d’excuses pour ceux qui ont peur de s’ennuyer en courant et qui veulent sortir des sentiers battus !

Se lever tôt est également une bonne option à ne pas négliger et qui vous prépare efficacement pour faire face aux nombreux défis de la journée. Votre corps s’habitue à se réveiller tôt et à devenir actif lorsque le soleil se lève.

Un homme court dans la nature en hiver

Courir le soir, n’est pas toujours facile car vous êtes déjà souvent épuisé psychiquement et physiquement par votre journée. L’épuisement du moi – quoique cette théorie est assez controversée – qui serait dû à une surcharge mentale trop importante, pourrait affecter nos performances sportives. Mais si vous réussissez à vous entraîner malgré ces conditions difficiles, alors vous aurez un moral de gagnant !

Courir lorsqu’il fait sombre présente un autre avantage que vous n’avez peut-être pas encore appris à apprécier. En effet, votre corps est sur le qui-vive, inconsciemment prêt à “ combattre “ ou à “prendre la fuite “. Cela se traduit par une montée d’adrénaline qui va vous permettre de courir plus vite sans effort supplémentaire !

Faire de la course à pied en hiver peut être aussi une source de motivation indirecte. En effet, on a la satisfaction de savoir qu’on a suffisamment de volonté pour mettre ses baskets et sortir s’entraîner, alors que la plupart des gens restent paresseusement sur leur canapé.

Non seulement cela vous donnera un regain de confiance, mais vous pourrez vous souvenir de tous ces jours où vous vous êtes entraînés alors que c’était vraiment très difficile. Cela vous donnera un niveau de détermination supplémentaire, un super-booster psychologique à utiliser pendant une course ou en compétition.

Pour ceux qui courent un marathon au printemps, si vous suivez votre programme d’entraînement pendant l’hiver, vous serez en pleine forme dès qu’il fera à nouveau plus chaud. Vous apprécierez davantage les beaux jours et vous pourrez regarder fièrement votre engagement des mois précédents.

un homme court dehors en hiver

Courir avec un smartphone est possible, mais il y a des avantages et des inconvénients à l’utiliser. D’un côté, cela augmente votre sécurité, au cas où vous auriez besoin de contacter quelqu’un. Mais cela peut être dangereux si vous vous déconnectez trop de votre environnement extérieur. Rappelez-vous que vous avez besoin de tous vos sens pour repérer les voitures et identifier les éventuels dangers et obstacles sur votre chemin.

Si vous utilisez des écouteurs, réglez le volume à un niveau suffisamment bas pour que vous puissiez entendre les voitures arriver ou sinon ne portez qu’un seul écouteur. Pour votre sécurité, que vous preniez votre téléphone ou non, pensez à informer quelqu’un de l’endroit où vous comptez courir.

Certains, lorsqu’ils courent, préfèrent se concentrer sur eux-même, leurs pensées (parfois créatives)… Dans ce cas, vous pourriez utiliser la fonction mémo de votre téléphone pour enregistrer les choses importantes qui vous viennent à l’esprit : des idées, des rendez-vous ou d’autres choses que vous voudriez faire.

Vous est-il déjà arrivé d’avoir une idée géniale en courant, mais dès que vous passez la porte chez vous, impossible de la retrouver ? Utilisez le temps de la course pour réfléchir et penser. Cela peut être un bon moyen pour soulager le stress, et même une bonne manière de se motiver à courir après une longue journée de travail.

Enfin, n’oubliez pas que peu importe le nombre de fausses “ bonnes excuses “ que vous trouvez pour ne pas aller courir : vous ne regretterez JAMAIS une course ! Certes, il faut environ 7 minutes pour commencer à apprécier un run, mais vous passerez des heures à en récolter les fruits, que ce soit le soir même à la maison ou le lendemain au travail. Et réjouissez-vous d’avoir fait quelque chose de bon pour votre santé et/ou d’avoir progressé dans votre objectif de remise en forme !

***

NOTEZ CET ARTICLE

Tina Muir

En tant qu'ancienne coureuse d'élite, Tina sait ce qui importe à l'entraînement. " Je suis une experte pour améliorer vos performances de course ! " Consultez tous les articles de Tina Muir »